Sortir des fausses dualités : l’open data peut cohabiter avec d’autres modalités de partage

Publié le 10/07/2019 - Par Etienne Pichot Damon

nouvelles

Un projet nous a particulièrement marqué lors de notre voyage d’étude : Synapse C. Il s’agit d’une coopération entre plusieurs acteurs culturels au sein du Quartier des Spectacles de Montréal.

Synapse C a initié il y a quelques années un premier (et simple) partage de données : les codes postaux des visiteurs, entre quelques établissements culturels. Aujourd’hui, de nouveaux établissements ont rejoint le partenariat et partagent de plus en plus de données. Les résultats sont nombreux : l’analyse des données (anonymisées) des spectateurs a permis de mieux comprendre la fréquentation. Les établissements se coordonnent avant de choisir une date d’événement, un théâtre a modifié sa politique tarifaire pour permettre à de nouveaux publics d’acheter des places, et les établissements utilisent de plus en plus la donnée pour ajuster leur offre.

Le projet de Synapse C évolue en parallèle des autres initiatives plus ouvertes, sans que d’un côté les acteurs veuillent tout ouvrir, ni de l’autre tout fermer. La logique est ici de partager les mêmes objectifs et les mêmes méthodes entre parties prenantes de la ville intelligente pour déterminer quels devraient être les modes de partage de données à mettre en œuvre (ou à faire évoluer).

Consulter l’article complet