La valeur des données au Canada : estimations expérimentales

Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens Statistique Canada

nouvelles

Dans un document précédent, on a examiné les récentes avancées dans le domaine de la collecte, de la numérisation, du stockage et de l’exploitation de l’information dans le monde entier. L’utilisation de l’information est généralisée et on la retrouve dans les lieux de travail, à la maison, dans les administrations publiques, dans les systèmes de communication et de transport et ailleurs. Pourtant, le phénomène n’apparaît pas encore de manière évidente dans les données économiques. Un élargissement des concepts et des méthodes de la comptabilité nationale a été proposé sous la forme d’une hiérarchie de l’information dans laquelle certaines « observations » de la vie quotidienne sont numérisées et deviennent des « données ». Ces données sont alors structurées et organisées dans des « bases de données » à des fins d’utilisation pratique. Puis, les chercheurs et les entreprises accèdent à ces bases de données et utilisent la « science des données » pour élaborer et tester des hypothèses et déboucher sur de nouvelles découvertes d’intérêt concernant le monde réel.

Le présent article élargit et, dans une certaine mesure, teste le cadre statistique exposé dans le document précédent et présente un ensemble provisoire d’estimations statistiques sur les montants investis dans les données, les bases de données et la science des données canadiens au cours des dernières années. Les estimations sont calculées à partir des renseignements sur l’emploi et les salaires recueillis lors du recensement quinquennal de la population et de l’enquête mensuelle sur la population active, lesquels sont combinés à un certain nombre d’hypothèses importantes mais qui n’ont pas encore été, dans une large mesure, testées. Les résultats indiquent une croissance rapide des investissements en données, en bases de données et en science des données et une accumulation importante de ces types de capital au fil du temps.

Lire la suite sur le site de Statistique Canada